Harvard à petits pas …

Harvard à petits pas …

Si aujourd’hui Khalid a déjà bien tracé son chemin vers la réalisation de son rêve de devenir un grand chercheur et scientifique reconnu, alors qu’il est encore un simple étudiant en médecine, sa vie et son combat n’ont pas été de tout repos, et ne risquent pas de le devenir pour bientôt.

Retournons un peu en arrière, quand Khalid était encore élève dans une école perdue au Douar Oulad Daoud, dans la région de Nador. Une heure de marche le séparait tous les matins du savoir de l’école, une heure de marche qui le motivait plus qu’elle ne le limitait. Pour lui, réussir ses études était la seule issue qui lui permettrait un jour de s’échapper au destin qui le rattachait à son village. Un destin de campagnard où il se consacrerait à ses moutons, avec seulement quelques dirhams pour subvenir aux besoins de la semaine, des dirhams qui seront dépensés au Souk hebdomadaire du Samedi. Ainsi, il a choisi sa voie; la voie des études et de l’excellence. Que l’enseignant fasse acte de présence ou pas, qu’il fasse beau ou qu’il pleuve, il a toujours été le premier présent, assis devant, et prêt à apprendre.

Sitôt le primaire terminé, Khalid premier de sa classe et de son école, a dû quitter le cocon familial en direction de Nador, pour pouvoir enchainer avec le collège puis le lycée pour ensuite, obtenir son Bac avec mention largement méritée. En effet, se distinguer parmi des centaines d’élèves venus de différentes écoles avec un niveau académique largement meilleur que le sien n’a pas été une chose facile, et la concurrence était bien rude. Mais tout n’était que moyen pour Khalid, même les pires obstacles représentaient un nouveau challenge à surmonter pour parvenir à ses fins. Un effort colossal a été fournit dont la finalité se devait d’être la prestigieuse faculté de médecine. Un véritable challenge qu’il s’était donné, croyant tant bien que mal, que c’est le chemin à suivre pour percer dans le domaine de la recherche scientifique.

Confiant de son choix et de ses capacités, Khalid s’est déplacé en personne pour déposer son dossier de candidature de peur qu’il ne soit perdu dans les colis de la poste. Aucune autre école n’était dans sa cible, aucun plan B n’a été envisagé.

Le jour du concours, il était un peu stressé mais plutôt optimiste. Le stress n’était lié qu’au fait de se voir franchir un pas et commencer à réaliser le rêve qui l’a accompagné durant toute son enfance. Pour lui, le fait d’accéder à la faculté de médecine était une évidence, c’était juste inconcevable de se voir rater le test d’entrée. La grosse catastrophe l’attendait le soir même, face à l’écran d’ordinateur dans un cyber, il peinait à trouver son nom sur la liste des admis.   Rien !! Il n’a pas réussit le concours d’accès à la FMPO (Faculté de Médecine et de Pharmacie d’Oujda).

Ravaler sa peine, était donc sa seule option. Il fit son deuil et se ressaisit juste après.

Deux choix s’offraient à lui ; revenir au douar ou s’inscrire à une faculté d’accès libre. Il faut dire que le choix n’était pas si compliqué. Il opta pour la faculté des science d’Oujda et se lança en Biologie, dans l’attente de retenter sa chance avec la médecine dans l’année qui suit.

Bien motivé à faire de ce changement de circonstance une force en la faveur de ses objectifs, il fit en sorte de ne manquer aucun cours, et de s’activer un maximum. La biologie, c’est bien proche de la médecine, sa maitrise serait donc très utile pour la suite. Mais au fur et à mesure que les jours passaient, sa motivation se voyait dégringoler pour se retrouver ennuyé à contempler des cours sans goût et sans vie. Pour noyer son ennui, il était visiteur fréquent de la bibliothèque universitaire, et c’est bien là bas qu’il trouva son plaisir absolu. Un amas d’ouvrage n’attendait que lui pour être dévoré. Qui sait ? ca pourrai lui servir une fois en médecine.

Un an s’écoula et le concours d’accès à la FMPO approcha encore une fois. Même procédure : pré-inscription, préparation, passage, et grande déception. Toujours rien !! Son nom ne figurait pas sur la liste des admis !! La médecine n’était peut être pas faite pour lui après tout. Il ravala sa fierté encore une fois et rejoint les rangs de sa fac de biologie, mais différemment cette fois-ci. Durant cette deuxième année, sa curiosité s’aiguisa, il commença à s’intéresser aux conférences des chercheurs internationaux, chose qui lui a permis de s’imprégner davantage de la science dans sa véritable grandeur. Rapidement, il s’initia aux articles scientifiques qui devinrent sa seule source de documentation. Un jour, alors qu’il vérifiait les affiches des conférences, il aperçut encore une fois l’appel pour pré-inscription au concours de médecine. Que faire ? Allez… On l’a bien dit : jamais deux sans trois ! Il repassa le concours sans grande conviction, et à sa grande surprise cette fois-ci, il réussit.

Premier jour en médecine, il arriva tout avide, une heure avant le début des cours pensant être le premier sur place. Surprise, surprise l’amphi était plein..

Les jours passèrent, les TP commencèrent… la terreur s’installa !

Comme beaucoup d’entre nous, Khalid était choqué par le type d’apprentissage que les médecins en formation sont sensés endurer. Il est peut être pas fait pour la médecine finalement. C’est là qu’il revint à ses anciennes habitudes; lire les articles scientifiques, et assister aux conférences et aux congrès, c’est ce qu’il se voyait faire, c’est là où il était le plus épanoui.

Mais pour aller aux congrès il faut bien évidemment trouver les moyens pour se les payer. Quand on est fauché, le plus ingénieux serait de vendre son savoir faire et c’est ce que Khalid a fait. Durant toutes ses années d’auto-apprentissages, il avait acquis plusieurs compétences qu’il mettait a disposition des étudiants chercheurs moyennant  une compensation financière, qui était certes très symbolique mais qui lui permettait de s’offrir quelques virées scientifiques. Cet exercice, a rapidement pris une forme plus professionnelle avec l’organisation d’ateliers pratiques payants de recherche documentaire qu’il animait lui même de façon impressionnante, ce qui lui a valu une réputation nationale et des invitations pour animer de tels ateliers dans plusieurs autres villes loin de chez lui.

Lire les travaux scientifiques des autres et les écouter en parler est bien passionnant, mais le plus excitant serait de passer de l’autre côté du podium. Khalid était déterminé, il voulait intégrer le monde de la recherche en tant qu’acteur et non seulement spectateur. Étant encore étudiant en 2ème année de médecine, il n’avait pas vraiment accès aux groupes de recherche mais Khalid ne baisse jamais les bras. Via « ResearchGate » et d’autres sites de rencontre des scientifiques il s’est rapproché de chercheurs de différents horizons, travaillant dans le domaine du cancer qui le passionnait. Et il a offert ses compétences en recherche documentaire, et en rédaction scientifique qu’il a vite assimilée après des heures et des heures de lecture assidue. Il publia ainsi ses premiers articles scientifiques en tant que Co-auteur, puis Premier auteur. A ce jours, il compte à son actif neufs articles, tous publiés dans des revues scientifiques reconnues et de grande valeur, à savoir  « Cellular Oncology », « Cancer Genetics », ou encore « Critical Reviews in Clinical Laboratory Sciences », dont l’Impact facteur est au-dessus de 5.

Fort de son CV, Khalid a été admis deux fois de suite (2015 et 2016) dans un programme de formation sur le Cancer à Harvard University « The Cancer Biology and Therapeutics Program ». Un programme qu’il n’aurait raté pour rien au monde, s’il avait le moyen d’en payer les frais.

Une année plus tard, il décrocha une bourse pour un stage de recherche dans le domaine de la biologie du Cancer en Tunisie où il a pu aiguiser ses compétences pratiques et travailler au côté des chercheurs et experts internationaux. Comme quoi, la vie n’est pas faite que de déception, pour les plus acharnés.

Aujourd’hui, Khalid est tout près d’obtenir son diplôme de médecine.  Fier de ses origines, Riche de son savoir, Armé de son courage, Porté sur ses rêves et Prêt à se battre sans rien lâcher, Khalid a aujourd’hui les yeux fixés vers l’avenir, un objectif clair vers lequel un chemin semble déjà bien tracé et bien entamé, un chemin plein d’embuches, de déceptions et d’obstacles mais qui seront tous dépassés d’une façon ou d’une autre. Car quand on a la volonté de réussir, la patience d’attendre les bonnes opportunités pour les saisir, et le courage de se relever après l’échec, on est sur d’arriver là où la barre a été fixée !!

Khalid El Bairi : k.elbairi@ump.ac.ma

https://www.facebook.com/groups/biologieducancer/

Ghita Hjiej 

Entrain d’animer son atelier

Khalid enfant, au Douar

Tags: