21754269_1856227134393431_1821200978_n

Lésion centrale a effet périphérique

Donnez deux pathologies où une lésion localisée au niveau du système nerveux central est responsable d’un déficit moteur de type périphérique (abolition des réflexes ostéo-tendineux, paralysie flasque, absence de signe de Babinski)

NB: On exclut la phase flasque initiale des atteintes centrales de type AVC ou traumatisme médullaire!!

Solution

Poliomyélite, Sclérose Latérale Amyotrophique (SLA), Amyotrophies Spinales.

Pour trouver la réponse voici les étapes du raisonnement qu’il fallait suivre (en neuro, toujours raisonner en se basant sur les données anatomiques et physiologiques!!!)


1-La motricité volontaire est une voie à deux neurones : Le neurone Pyramidal= Neurone central = N1, dont le corps cellulaire est situé au niveau du cortex moteur et qui suit la voie Pyramidale, et Le Motoneurone alpha = Neurone périphérique = N2, dont le corps cellulaire est situé au niveau de la corne antérieure de la moelle épinière où il fait synapse avec N1.

 

2-Pour avoir un déficit moteur de type périphérique il faut obligatoirement avoir une lésion de N2 (2eme neurone de la voie motrice volontaire= motoneurone alpha = lower motor neuron)

 

3-La partie de N2 située au niveau du Système Nerveux Central (SNC) est bien évidemment le corps cellulaire qui se situe dans la corne antérieure de la moelle épinière (Moelle épinière fait partie du SNC, alors que les racines et les nerfs où chemine l’axone de N2 font partie du Syst. Nerv. Périphérique!!)

 

4-Rechercher les pathologies qui touchent la corne antérieure de la moelle. Il y en a 3 (à ma connaissance): a-La poliomyélite, b-La sclérose latérale amyotrophie (SLA ou Maladie de Charcot), et c-Les amyotrophies spinales (maladies génétiques)

Indice

Suivez les neurones constitutifs du système nerveux périphérique le long de leur trajet

Un traitement inconnu !!

Quelle est la thérapeutique, remboursée par les systèmes d’assurance médicale, que tous les médecins généralistes au Maroc, prescrivent mais pour laquelle ils ne reçoivent aucune formation ou presque, ni pour les indications, ni les contre-indications, ni la posologie, ni la durée du traitement et encore moins les modalités d’administration!!!

Solution

La kinésithérapie

 

Les séances de rééducation (notamment kinésithérapie, mais aussi orthophonie et psychomotricité), représentent la principale thérapeutique très prescrite sur ordonnance et dont le praticien n’a souvent aucune idée, ni sur les indications, ni sur les contre indications, ni la durée ni les modalités et ça c’est très grave car:

1-Les actes kinés se font sur ordonnance et donc sous la responsabilité du prescripteur!!

 

2-C’est des actes remboursés par les régimes d’assurance maladie, et donc les prescripteurs assument un énorme gâchis de l’argent public quand c’est prescrit de façon anarchique, et c’est souvent le cas juste pour faire plaisir au patient!

 

3-La non connaissance des règles de prescriptions, dont la nécessité de fournir un minimum de données cliniques, poussent les kinésithérapeutes à demander et à interpréter eux mêmes des imageries et des bilans de façon dangereuse puisqu’ils ne sont pas formés pour le faire, donc vous contribuer à la mauvaise pratique médicale et vous mettez votre patient en danger!!

 

4-Tout ce qui est prescrit sur ordonnance devrait faire l’objet d’une formation médicale de base et la kinésithérapie n’est ni banale ni anodine et vous ne pouvez pas laisser le kinésithérapeute assumer seul la responsabilité de sa prise en charge car de toute façon, vous êtes impliqués!!

Indice

Discipline qui ne fait pas encore partie du curriculum des études médicales au Maroc, mais qui a été introduite dans le cadre de la réforme des études médicales pour être enseignée en 4ème et en 6ème année.

N’exagérons rien !

Pourquoi les réflexes Ostéo-tendineux (ROT) sont-ils exagérés dans le Syndrome Pyramidal (atteinte du premier motoneurone « N1 ») et abolis dans le syndrome neurogène périphérique (atteinte du deuxième motoneurone « N2 ») ??

Solution

En cas de lésion des voies motrices périphériques (N2), l’arc réflexe du ROT (encore appelé: « réflexe myotatique ») est interrompu par lésion de la voie efférente, donc il est un peu évident que ce réflexe soit aboli.

 

En cas de lésion de la voie Pyramidale (voie motrice volontaire centrale= N1), l’arc réflexe est intact donc le ROT est toujours là, et en plus l’inhibition de ce réflexe (exercée par cette voie pyramidale) est levée, d’où son exagération.

Indice

Suivez l’arc du réflexe myotatique