Qu’est ce que L’Hyper-Réflexie Autonome (HRA)?

Qu’est ce que L’Hyper-Réflexie Autonome (HRA)?

L’HRA est une complication caratéristique des lésions de la moelle épinière. Comme son nom l’indique, il s’agit d’une hyperréactivité du système nerveux autonome à une stimulus « douloureux » sous-lésionnel (ayant lieu dans la partie du corps dont l’innervation provient de la partie de la moelle au dessous de la lésion médullaire).
……….
L’homéostasie de l’organisme est assurée grâce à un équilibre entre 1-le système sympathique (responsable d’une réaction de défense avec vasoconstriction périphérique diminuant le flux sanguin du système digestif au profit du cerveau, et poumon afin de fuir le danger), et 2-le système parasympathique (favorisant la conservation de l’énergie, la digestion et absorption des nutriments, ainsi que l’évacuation des excréments: urines et selles).
……….
En cas de stimulus douloureux sous-lésionnel (infection urinaire, calcul, rétention, fécalome, ongle incarné, escarre…etc), il se produit une réaction orthosympathique sous-lésionnelle (suite à l’activation des réflexes médullaires), responsable notamment d’une vasoconstriction périphérique causant une HTA systolo-diastolique pouvant être sévère. 
Détectant cette augmentation des résistances vasculaires à l’origine de l’HTA, les centres de commande bulbaires activent le système parasympathique qui entraine une bradycardie et une vasodilatation mais qui ne se manifeste qu’au niveau du territoire sus-lésionnel car le message nerveux est bloqué au niveau de la lésion médullaire et ne peut descendre plus bas!
……….
Ainsi, la situation clinique se caractérise par des manifestations parasympathiques sus-lésionnelles : rougeur, sueurs profuses, céphalées pulsatives bilatérales, troubles visuels, et congestion nasale, contrastant avec des manifestations orthosympathiques en sous-lésionnel: pâleur, froideur, chair de poule. Ceci en plus de l’HTA qui peut être sévère et pouvant se compliquer, causant une hémorragie méningée, crises convulsives voire un infarctus du myocarde. 
l’HRA est d’autant plus fréquente et plus sévère que la lésion médullaire est plus haute, notamment au dessus de D6, car les réaction parasympathiques se font plus limitées et ne pouvant pas contrôler l’HTA.
………..
l’HRA est une urgence thérapeutique qui doit être connue par le patient lui même et toute personne en contact régulier avec les blessés médullaires (kinésithérapeutes, médecins, urgentistes…etc). Son traitement c’est d’abord le traitement de la cause (évacuer un fécalome, traiter une infection, lever une rétention urinaire…etc), car ceci peut faire disparaitre rapidement les symptômes. En attendant et si la cause sous-jacente n’est pas identifiée, il faut déjà enlever tous les vêtements qui serrent (ceintures, bas de contention..etc), installer le patient en position assise jambes pendantes pour profiter de l’hypotension orthostatique, et mettre en place un traitement anti-hypertenseur d’action rapide et de courte durée d’action (notamment par nifédipine). 
L’HRA doit être connue et prévenue par un monitorage de la tension artérielle avant et pendant tout geste invasif de la sphère périnéale (endoscopie vésicale, bilan urodynamique…etc), chez le blessé médullaire notamment ayant un niveau lésionnel au dessus de D6.
………
Moralité: ce n’est pas parce que le patient ne ressent pas la douleur (troubles sous-lésionnels de la sensibilité) que son corps ne réagit pas à cette douleur!!!