Le réflexe Myotatique

Le réflexe Myotatique

Il s’agit d’un réflexe médullaire monosynaptique, responsable de la contraction réflexe d’un muscle suite à son étirement. 
..
la vidéo associée explique le circuit réflexe et son intérêt

..
Ce qu’il faut savoir en plus, c’est que ce réflexe est contrôlé par la voie pyramidale destinée au muscle antagoniste.

 

Reprenons l’exemple du geste de saisie du téléphone présenté en fin de vidéo. pendant le geste d’extension du coude, le réflexe myotatique du biceps (fléchisseur du coude et donc antagoniste du triceps qui est extenseur) est atténué par le même motoneurone pyramidal (N1) qui va activer le triceps. Sinon, la contraction réflexe du biceps (suite à son étirement qui résulte de la contraction du triceps), ne permettra jamais au mouvement d’extension du coude d’aboutir.
..
Ainsi en résumé, le motoneurone (N2 qui va directement contracter le muscle au niveau de la plaque motrice) d’un muscle (prenons comme exemple le biceps brachial) est sous l’influence de 3 neurones (il y en a plus, mais retenons déjà ces 3 là):

 

  1. N1 (Neurone Pyramidal) destiné au BICEPS (qui va transmettre l’ordre moteur d’exécution au motoneurone périphérique (N2) ). Il s’agit là d’une synapse excitatrice
    ……..
  2. Neurone sensitif provenant du fuseau neuromusculaire du biceps lui même, qui va activer le réflexe myotatique en cas d’étirement. C’est une synapse aussi excitatrice
    ……..
  3. N1(Neurone Pyramidal) destiné au TRICEPS, mais qui va donner une branche qui fait aussi synapse avec les antagonistes du triceps (dont le biceps) pour inhiber leur activation automatique par réflexe myotatique. C’est une synapse inhibitrice. Cette synapse n’annule pas complètement le réflexe myotatique mais l’atténue pour permettre au mouvement volontaire de se produire et de ne pas être empêché par les antagonistes.